pompe a chaleur piscine

Pompe à chaleur piscine : idéale pour une baignade agréable en toutes saisons

L’installation d’une pompe à chaleur en mono ou triphasé à l’extérieur d’un local technique doit être confiée à un professionnel qui dimensionnera l’appareil selon des critères comme le volume d’eau du bassin, les conditions climatiques de la région et le coefficient d’efficacité de la pompe (performance pompe).

Les différents types d’échangeurs thermiques (en titane)

Le principe d’une pompe à chaleur piscine est le suivant : un fluide frigorigène est introduit dans un circuit fermé composé d’un compresseur et d’un condenseur. Les calories de l’air extérieur sont captées par le fluide qui se réchauffe en changeant de phase (liquide/gaz). Le gaz est alors comprimé au niveau du compresseur puis condensé au niveau du condenseur. La chaleur latente de condensation du gaz est alors transférée par l’intermédiaire d’un échangeur thermique à l’eau de la piscine qui se réchauffe. Il existe plusieurs types d’échangeurs thermiques à plaques ou à tubes composés de titane, matériau noble et résistant. Le titane est préféré à l’inox lorsque la technologie de l’électrolyse est utilisée pour désinfecter l’eau.
Offrez vous une baignade plus douce, équipez votre piscine d’une pompe à chaleur de type air/eau qui nécessitera toutefois l’apport d’une source d’énergie extérieure pour fonctionner. Pour une piscine 100% écologique, pensez à l’énergie solaire comme source d’électricité ou bien à une chaudière à gaz comme source d’énergie primaire pour un échange eau/eau dans ce cas-là.

L’installation d’une pompe à chaleur piscine

L’installation d’une pompe à chaleur doit être effectuée à l’extérieur d’un local technique situé à proximité du bassin de la piscine et à moins de 25 mètres de celui-ci. Un kit de nettoyage de la pompe à chaleur bien souvent sous forme de pulvérisateur est livré généralement avec l’équipement. Selon le type, le matériau de l’échangeur, le débit et la puissance requise, le coût d’une pompe à chaleur piscine avec échangeur intégré peut varier de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros. En cas d’utilisation d’une source primaire différente que l’air (eau d’un circuit de chauffage à gaz, au fioul ou au bois), il est impératif de bien vérifier la compatibilité entre la chaudière et le circulateur de l’échangeur thermique.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>