toiture végétalisée

Zoom sur la toiture végétalisée

Il y a de moins en moins de forêts et de terres disponibles pour l’agriculture alors que le nombre de structures en béton en construction est en forte augmentation. Une nouvelle architecture avec des toits plats, en particulier pour des bureaux, des entreprises et des hôtels de luxe, prévaut dans les grandes villes. Alors, pourquoi ne profitons-nous pas simplement de la surface résultante sur ces toits pour faire pousser de la végétation ?

Qu’est-ce qu’un toit vert?

Un toit vert est parfois aussi appelé toit vivant. Le toit du bâtiment est partiellement ou totalement recouvert de végétation et d’un support de culture le rendant ainsi vivant. Il existe trois catégories différentes de toits verts : intensif, semi-intensif et extensif. Ils se distinguent par le facteur de profondeur du milieu de plantation et la quantité d’entretien nécessaire.

Comment est-il construit?

Les toits verts sont soit inclinés, soit plats selon un professionnel du secteur de l’étanchéité. Avec les toits inclinés, aucun système de drainage n’est nécessaire car l’eau de pluie va tout simplement couler alors qu’il est nécessaire pour les toits plats. Pour les toits inclinés, jusqu’à une inclinaison de 15 degrés, aucune mesure spéciale n’est nécessaire alors que si l’angle est plus grand, il faut empêcher le substrat de glisser. Pour atténuer les forces de cisaillement et l’érosion existantes, des précautions particulières doivent être mises en place. Des constructions spéciales seront nécessaires pour les toits avec une inclinaison de plus de 45 degrés, car ils ne sont normalement pas adaptés à un système de toiture verte.

Les différents types de toits verts

Il existe trois types de toits verts : les toits verts extensifs, semi-intensifs et intensifs.
Les toits de vie extensifs sont simples, on y trouve des plantes telles que de la mousse et des herbes, la plupart  n’ont pas besoin de beaucoup d’eau et peuvent facilement supporter les périodes de sécheresse, car elles sont capables de stocker de grandes quantités d’eau. Ils sont résistants et nécessitent peu d’entretien, ce qui réduit les coûts par rapport aux autres types de toits verts. Cette formule n’est pas destinée à être utilisée comme un jardin sur le toit mais comme une couche de protection écologique.
Les toits verts semi-intensifs sont plus chers, plus lourds et nécessitent plus d’entretien que les toits verts extensifs. Le niveau de substrat est plus profond ce qui permet de choisir parmi une plus grande gamme de plantes. Des herbes, des plantes vivaces herbacées et des arbustes peuvent être plantés. Cette forme de toit vert offre le potentiel d’un jardin formel.
Sur un toit vert intensif, la plupart des plantes peuvent être sélectionnées à condition d’être en harmonie les unes avec les autres. Les hélophytes constituent une exception, car elles ne recevraient pas suffisamment d’eau et pourraient endommager le toit avec leurs racines. Le toit peut être aménagé à la manière d’un parc avec des passerelles, des bancs, des terrains de jeux et même des étangs. Les coûts de la réalisation et de la maintenance de cette forme de toiture verte sont élevés, car un système approprié est créé et un support de culture suffisant est nécessaire pour les différentes plantations.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>